30/01/2009

L'Armée racontée aux Enfants

L’Arène et le Théâtre
Scène 5




Il est parfois de bonnes surprises et ce petit livre en est une.

Il s’appelle :

L’Armée racontée aux enfants








Il est très agréablement rédigé et mis en images pour les tout petits, ce qui est suffisamment rare pour être cité.

Parce qu’aujourd’hui en France, écrire et éditer un livre qui parle de l’armée à des enfants de 5-6 ans, c’est un exploit qu’il fallait signaler. J’imagine, quasiment un acte de subversion et de militarisation des esprits aux yeux de certains !

Pour autant, il convient de regarder de plus près la manière dont il a été conçu et qui à elle seule est très instructive quant aux précautions ayant probablement été prises par les auteurs et l’éditeur.

Je ferai donc quelques réflexions à travers un article de présentation trouvé par hasard sur le net à propos de ce charmant petit ouvrage, sur un site appelé Tire Livre :

(Tirelivre est une sélection d'ouvrages jeunesse sur l'année écoulée. L'objectif de cette publication est de faire connaître et de valoriser le travail d'analyse et d'information sur les livres pour la jeunesse réalisé au sein des Comités de lecture régionaux d'analyses de livres pour enfants et adolescents, basés à la Bibliothèque Municipale de Caen).


« On connait la fascination des enfants pour tout ce qui porte l’uniforme. Sujet délicat ? Non, par pour ces auteures, qui, dès les premières pages, insistent, avec l’appui d’images convaincantes et même humoristiques, sur la pluralité des « métiers » chez les militaires et sur la place conquérante des femmes. Défilent alors les doubles pages sur les activités des armées en temps de paix – avec allusion aux populaires pompiers, sur les principales forces armées, les grades, les missions, le rôle pacificateur de l’ONU. Aucune hésitation à parler drapeau, décorations et héros, armes. Plus insolite, le sujet consacré aux animaux comme auxiliaires auprès des militaires : soldats-chiens, par exemple. Musique, écoles militaires, service d’espionnage et défilé du 14 juillet enrichissent le tableau. Pas le temps de s’ennuyer !
Aux interrogations annexes s’ajoutent, toutes les deux pages, sept pages de jeux.
Ouvrage inoffensif qui, certes, flatte plus par la curiosité que par l’esprit critique. Il plaira aux futurs citoyens qui n’ont plus désormais à attendre le « service » pour connaître l’institution militaire.
Pour commencer à y réfléchir, avec ce livre, il leur suffit d’avoir cinq ou six ans. »

Petit descriptif intéressant, s’il en est, qui sous-tend d’emblée que l’on marche sur des œufs et que c’est prendre un risque « politiquement incorrect » de parler d’armée à de si jeunes enfants.






Les expressions sont assez claires pour que l’on mesure les dégâts qui ont sapé le lien Armée-Nation depuis 40 ans et plus :

« On connait la fascination des enfants pour tout ce qui porte l’uniforme. »

Voilà un point qui est asséné comme une vérité et une évidence ; au moins ceci n’est pas remis en question, car il est vrai que les enfants aiment les uniformes. De là, on aurait pu partir sur un article vantant les mérites de ce livre sans se poser de questions, mais ce n’est pas la voie choisie.

« sujet délicat ? Non pas pour ces auteures…»

Vous remarquerez le point d’interrogation qui contient la réponse dans la question : implicitement il l’est vis-à-vis de suffisamment de gens pour qu’on fasse attention, sinon on n’en parlerait pas.

« Aucune hésitation à parler drapeau, décorations et héros, armes… »

Oser encore parler de drapeau, de décorations et de héros relève d’une performance en terrain miné, c’est le cas de le dire, et il convient de relativiser grandement l’affaire.






En effet, « Ouvrage inoffensif » (c’est carrément dit en toutes lettres !) ; les éditeurs ont probablement veillé à ce que ce petit livre le soit et le reste « …avec l’appui d’images humoristiques… », afin de n’être pas traités de « réactionnaires et de fascistes » !






D’ailleurs, la caractéristique essentielle de l’Armée n’est-elle pas l’Humour et la bonne humeur ? Son rôle n’est-il pas de remplir ses missions avec humour afin de donner une bonne image d’elle-même à ses gentils ennemis et compagnons de jeu sur la grande scène du Théâtre du Monde, d’être conviviale et de mettre une bonne ambiance en Opex ? Non ?






Pensez, dès fois qu’on reproche en plus à l’éditeur de vouloir influencer les jeunes âmes fraîches et encore innocentes en voulant en faire de futurs Hitlerjungend à la française (jeunesses hitlériennes) !






On ne sait pas quel est l’état d’esprit des auteurs ni leurs motivations et convictions personnelles (j’essaie de savoir, peut-être aurais-je une réponse dont je vous ferai part un de ces jours) ; des femmes, donc – deux auteurs et une dessinatrice ; est-ce fait exprès pour atténuer l’aspect militaire par trop masculin et guerrier ?

La représentation collective accorde aux femmes une sensibilité naturelle liée à leur condition de « mamans » qui aiment les enfants comme ne savent pas le faire les vilains hommes ; ceux-là ne sont toujours que de sales gosses n’en ayant jamais terminé avec leurs complexes de virilité, de petits garçons œdipiens et d’ados mal dégrossis… -- A part les hommes qui ont abandonné toute virilité en devenant eux-mêmes des « mamans » à la place des mamans, bien sûr ! Ceux-là sont au-dessus de tout soupçon mais ça ne se voit pas encore dans les prénoms !






…d’ailleurs ; les « auteures » (avec une féminisation du mot auteur) n’insiste-t-elles pas sur le rôle grandissant des femmes dans l’armée ? Encore une façon de faire passer la pilule avec la parité et la dimension féminine ?





« …rôle pacificateur de l’ONU… ». Il convient également de sous-entendre que le rôle des armées est aujourd’hui de favoriser la paix sous mandat international (on parle bien ...sur les activités des armées en temps de paix et pas en temps de guerre), ce qui réduit leur aspect purement militaire, violent, « insupportable » et probablement inutile et condamnable aux yeux des naïfs ; surtout en ce qui concerne les armées occidentales et dans ce livre, évidemment la nôtre, qui fut le fer de lance de la colonisation… etc, etc, on connait la chanson ! Ce qui met donc aussi un bémol à toute interprétation possiblement « nationaliste » et par trop franco-française qui rappellerait de mauvais souvenirs...

Tout ceci donnerait presque à notre armée une image de gentille ONG au service des populations « en souffrance », pour employer un terme à la mode. Des « hommes-mamans » envoyés à l’étranger pour materner et non réprimer !
Car en plus d’avoir de l’humour, l’Armée est une crèche gigantesque !






« …qui flatte plus par la curiosité que par l’esprit critique… »

La « curiosité », dans quel sens ? Dans la manière de présenter les choses avec le texte et les images ou parce que ce livre à été publié et que c’est en soi très étonnant vu l’antimilitarisme congénital ambiant ?

« …que par l’esprit critique… » En quoi fallait-il être critique vis-à-vis d’enfants de maternelle ou de CP ou même plus âgés ?
Critique envers l’armée en général pour dire que « c’est pas bien la guerre » ?
Critique politique et idéologique pour les orienter tout de suite dans la bonne direction du pacifisme ?






« Esprit critique », inversement, pourrait impliquer de dire, même à des enfants, que parfois l’usage de la force est incontournable et nécessaire pour imposer la paix ou prévenir la guerre de la part de fanatiques avec lesquels il est impossible de négocier, alors que, paradoxalement, les bonnes volontés compatissantes avec leur atermoiements, leur mollesse, leur faiblesse, leur refus de s’engager militairement, incitent l’adversaire (pour ne pas dire l’ennemi déclaré) à persévérer dans sa folie meurtrière avec le cortège de crimes qui s’ensuit immanquablement pour les autres ou pour nous.

Quitte à pousser encore un peu plus loin ce « fameux esprit critique », on pourrait aussi rêver de voir marqué dans un livre (fût-il toujours destiné à ces très jeunes enfants) que les démocraties « aussi gentilles doivent-elles rester » ont mis des siècles à conquérir leur propre liberté et leurs valeurs au prix de nombreux sacrifices et qu’elles ont non seulement le droit mais le devoir de les défendre, pour elles-mêmes, certes, mais aussi parce que ces valeurs sont « universelles », qu’elles représentent un progrès millénaire unique dans l’Histoire, mais également un espoir pour bien des gens dans le monde qui sont oppressés par des régimes totalitaires et qui rêveraient de vivre dans un pays comme le nôtre.
Ne serait-ce pas là faire preuve d’un esprit civique et républicain et faire un constat tout simplement évident à l’échelle de la planète ? Montrer à ces enfants que la Chance qu'ils ont, c'est un héritage magnifique et inestimable qui s'apprend, se respecte et se travaille comme le reste parce qu'elle n'est pas tombée du ciel !

Dire également que l’armée française est le premier rempart, le bras armé qui protège la Nation une et indivisible, qu’elle est issue du peuple, soumise au pouvoir politique et défend ses citoyens en cas de guerre ; que pour cette raison, quelles que soient les divergences politiques ou philosophiques, chaque citoyen devrait soutenir et rendre hommage à ses soldats surtout lorsqu’ils risquent leur vie quelque part, directement ou indirectement pour eux.

…Mais là il ne faut pas trop rêver, ce ne serait pas « politiquement correct » et la Pensée unique et l'autocensure veillent au grain !






Il existe de très nombreux livres merveilleusement illustrés pour les enfants sur toutes les périodes de l’histoire : je n’y ai pas trouvé d’« esprit critique » particulier accompagnant les présentations des armées romaines, celles de la Grèce antique ou celles du Moyen Age.






Alors pourquoi le faudrait-il ici ? Le sujet est-il tellement tabou ? Une armée en France, quelle horreur !!! Pour quoi faire ? On est en guerre avec personne ; quand on « est gentil », on ne peut avoir que des amis !
Tous le monde est si gentil, à part nous, évidemment…







Bref, ce livre a quand même été publié et il faut rendre hommage aux auteures et à l’éditeur qui font aussi ce qu’ils peuvent avec les contraintes idéologiques du moment. La preuve, pour être sûr d’être reçu positivement aujourd’hui avec un sujet pareil dans les comités de lectures composés de personnes aux sensibilités politiques très différentes, un éditeur doit faire en sorte de ne braquer personne s’il veut que son livre se vende et ne soit pas censuré. Mission accomplie puisque la Sainte Inquisition populaire l’a jugé « inoffensif » ! Comme l’Armée devrait l’être (inoffensive) ?
Vilain Ménestrel ironique !

Je trouve donc ces quelques lignes de présentation révélatrices du rapport que notre société entretien avec son armée, du moins d’une partie de cette société qui impose ses visions politiques et idéologiques au reste de la population et de la Nation... suivez mon regard !
Il est grand temps de se déculpabiliser et de se décomplexer.

Il fut une époque où manquer de patriotisme eut été un crime, aujourd’hui, le crime c’est d’en faire preuve, même à hauteur d’un strict « minimum syndical »…

Heureusement que dans l’Histoire d’autres furent patriotes à notre place pour conquérir la Liberté ! Bref, passons…






Alors profitez de ce petit livre avec vos enfants tant que vous le pouvez, parce que je doute qu’avant un demi-siècle, pour ne pas dire un demi-millénaire, il y en ait un autre du même genre…

On en souhaiterait malgré tout beaucoup d’autres comme celui-ci qui est vraiment très bien fait.

Je l’ai acheté il y a quelques mois, mais il est en rupture de stock y compris chez l’éditeur, à savoir Eyrolles

…mais peut-être peut-on au moins en trouver un exemplaire survivant ici :



























***************

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire