21/02/2009

René Girard Présentation

Les Coulisses de l’Arène
et du Théâtre






Mes Honorables Amis et Amies, nous y voilà presque, enfin arrivés aux choses sérieuses, très sérieuses et surtout passionnantes.

Je ne ferai pas de longs discours, juste un petit récapitulatif personnel afin de situer les choses dans leur ensemble au moment de ma découverte de la Théorie girardienne.


Grâce à un Grand-père ingénieur, la curiosité est devenue une seconde nature depuis ma plus tendre enfance et j’ai toujours cherché à savoir comment fonctionnait ceci ou cela.
Il en a été de même à propos de la violence du monde qui, dès le départ, dans mes premiers scénarios et mes pièces de théâtre fut un thème récurent ; mais je me bornais à la constater sans trouver de théoricien susceptible de me donner des réponses claires sur les raisons profondes de nos agissements.








C’est à l’âge de 28 ans que je découvris par hasard René Girard, lorsqu’une de mes amies me parla d’une théorie du religieux et m’offrit l’un de ses livres : Des choses cachées depuis la fondation du monde.

N’ayant pas été élevé de manière particulièrement religieuse, j’observais à l’égard du Sacré une neutralité un peu suspicieuse et distante, j’en avais un savoir très fragmentaire et orienté par la pensée dominante qui s’illustrait – et s’illustre toujours en nos contrées --- par un rejet caricatural et sans appel de la Religion chrétienne.

Je me plongeais donc dans ce livre à reculons.

Pourtant, je n’en avais pas lu dix pages que je compris que j’étais en train de faire une découverte magistrale.

Ayant toujours été sensible aux rivalités et rapports de force, déplorant ceux que j’avais parfois avec certains de mes amis sans toujours les comprendre, j’eus soudain l’impression qu’une magnifique lumière « tombée du ciel » m’en expliquait les causes et les mécanismes insaisissables.

Ce fut une Révélation intellectuelle comme je n’en avais jamais éprouvée même à travers les romans, les livres et les films que j’adorais. Je découvrais d’un coup le Graal, la clef qui ouvre Tous les mystères de ce bas monde !

Je fus saisi par la Théorie girardienne « au premier regard », instinctivement. Etais-je prédestiné à la comprendre d’un seul coup d’œil en raison d’un caractère particulièrement sensible aux rivalités humaines ?
Qu’importe.






Je suis donc très honoré de vous présenter René Girard en imaginant qu’il va peut-être susciter une aussi belle révélation chez certains ou certaines d’entre vous…

Votre Ménestrel a longuement travaillé dans la mansarde qu’il habite, perchée en haut d’une des tours du Château, et je vous livre bientôt mon travail, incomplet, certes, mais suffisamment conséquent pour appréhender la Théorie dans son ensemble.

Comme j’envie parmi vous ceux qui ne connaissent pas encore « …ces choses cachées depuis la fondation du monde » et vont découvrir un éclairage fondamental sur les fonctionnements de l’Humanité – et les leurs par conséquent -- pourvu qu’ils soient sincèrement et « scientifiquement » curieux.
Ce qui amènera de nombreuses questions et réflexions à venir...

Dans quelques jours...




***************

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire