21/05/2009

Soldats français en Afghanistan

L’Arène et le Théâtre
Scène 15






Bonjour mes amis,
Je suppose que beaucoup d’entre vous n’ont pas manqué le reportage de Zone Interdite sur M6 avec le 27ème Bataillon de Chasseurs Alpins. Un long reportage de 2 heures à une heure de grande écoute filmé durant plusieurs mois, ça mérite d’être souligné.







On voit de plus en plus d'émissions consacrées à nos soldats à la télévision depuis plusieurs années, que ce soit sur leurs entrainements ou leurs Opérations extérieures.






Besoin de recrutement des armées devenues professionnelles ? Nécessité « enfin permise » ou impérieuse de sortir des tabous, de réhabiliter les militaires après des décennies de mépris, de condamnation et d’indifférence, d’idéologisation antimilitariste et de délitement des valeurs de la Nation ? « Réarmement les esprits » afin de préparer la population à la complexe dangerosité du monde de demain ? Volonté, (enfin !), d’expliquer les enjeux de notre sécurité, de celle du monde libre, l’épouvantable totalitarisme et la misère que subissent ces populations martyrisées du bout du monde ? (bien que cet aspect ne soi pas abordé en tant que tel mais simplement suggéré de fait).
Lutter contre cette naïveté abyssale entretenue jusqu’au déni des réalités humaines par la « Bien-pensance », contre la lâcheté et l’aveuglement des « enfants gâtés » de la société de consommation protégés depuis 70 ans des conflits armés ? Recherche « clausewitzienne » indispensable du soutien des populations envers leurs soldats ?

…ou simplement réelle évolution de l’état d’esprit de la population française souscrivant de moins en moins au « politiquement correct » des pseudo élites en tous genres qui s’étalent à longueur de journées dans les émissions people en proclamant leur « horreur de la violence et de la guerre », parce que ça fait bien, parce que ça donne « une bonne image si gentille de soi », en tant qu’artiste ou qu’intellectuel... même si le refus des « réalités objectives » conduit un jour à une catastrophe pour la Démocratie ? (mais qu’importe si ça permet de s’exhiber et de faire carrière !)
Difficile à dire. Mais ça doit certainement participer de plusieurs choses à la fois.






A-t-on tout dit et montré dans cette émission ? Probablement pas et certainement qu’il ne faut pas.

Mais le fait est que la construction alternée -- entre témoignages des soldats dans/et de leurs familles, combinés avec le réalisme du terrain -- est particulièrement bien faite et efficace. (à cet égard, cette alternance rappelle le concept du film We were Soldiers – Nous étions soldats – de Randall Wallace (2002), avec Mel Gibson et Madeleine Stowe sur la Guerre du Vietnam.)

On voit en effet des hommes comme tout le monde, pas particulièrement assoiffés de sang, capables de sentiments, d’aimer leurs enfants et leurs femmes, d’avoir peur, mais aussi animés d’un idéal : celui de servir leur pays et la liberté, même s’ils ne le disent que rarement en toutes lettres.
C’est probablement un parti pris du réalisateur que de ne pas insister sur le côté patriotique qui passe toujours mal dans une part importante de la population : se montrer fier de son pays et des ses valeurs est devenu, grâce au masochisme de la Repentance, une honte passible du châtiment suprême !
Insister sur le côté « sympathique et humain » de nos soldats dans leur intimité est donc certainement délibéré.






Le casting est également parfait, tant du point de vue de la diversité des personnalités et des origines, avec le caporal chef Jean-Michel Sene (antillais ?) et particulièrement mis en valeur ; l’adjudant Mourald Bouaouiche, d’origine maghrébine, le guerrier parfait, sur de lui et réaliste, ne permettant jamais à ses soldats de se laisser aller pour leur propre survie ; Leila, la jeune femme comptable de la compagnie, (également d’origine maghrébine ?) ; Jean-Gaël le Flen, St-Cyrien, parlant du « scandale de la mort » ou comment il est aujourd’hui difficile d’apprivoiser la peur de mourir et de faire accepter ce sacrifice ultime à ses proches au nom de nos valeurs.
Bien sûr le colonel Nicolas le Nen, « Tiger », l’œil du Tigre, le chef de corps, celui dont les décisions engagent à chaque instant la vie de ses soldats. Responsabilité écrasante.





N’oublions pas bien sûr le Caporal Belda, qui fut tué par une roquette durant le reportage pendant le combat de la vallée d’Alasaï.











En tout cas, dans une parfaite tradition républicaine, on ne fait jamais allusion aux origines sociales ou ethniques, ni aux croyances religieuses des uns et des autres, même si pour certains, une croix ou un geste, trahit ici ou là une possible appartenance.
Cela donne effectivement l’impression d’une armée soudée et républicaine, ou n’apparait aucune problématique de ce genre.

Même le titre n'a rien de guerrier afin de paraître familiale et bon enfant : Papa part à la guerre.
Presque le titre d'un livre pour enfants qui rappellerait celui de l'Armée racontée aux enfants que j'ai déjà traité ici (voir Scène 5 dans Esprit Défense - Post)

Certains condamneront inévitablement ce reportage en parlant de vision faussement idéalisée construite de toutes pièces pour une propagande militariste.
Mais n’a-t-on pas besoin de recouvrer l’idéal des valeurs fondatrices pour le bien du vivre-ensemble et notre propre sécurité collective ?
Quand à la fraternité des hommes dont la vie des uns dépend toujours des autres dans les moments les plus « chauds », ça, ce n’est certainement pas une construction imaginaire.






Certes, c’est habile, et rien n’est donc probablement fait au hasard afin d’atteindre certains objectifs. Mais comment s’y prendre autrement aujourd’hui ?
Car à cause de la sensiblerie congénitale de cette société en dehors des réalités du monde, y compris la sienne, il ne faut pas faire peur, il faut jouer sur du velours, on doit, lentement mais sûrement, réapprendre au peuple de France que leurs soldats ne sont pas des mercenaires sans foi ni loi mais les Gardiens d'une Nation démocratique, qu’il peut être fier d’eux car ceux-ci n’égorgent personnes avec bestialité, mais au contraire ils agissent avec d’infinies précautions au sein d’une préparation impeccablement orchestrée, même lors des actions militaires ; que s’ils vont là-bas afin d’éviter que la région ne devienne un jour explosive pour la planète entière, ils y sont aussi pour aider un pays à construire un avenir, sinon démocratique, du moins protégé de la folie religieuse et meurtrières de quelques fanatiques ou même les cerfs-volants sont interdits...




Reprocher à ce reportage de montrer les soldats à leur avantage pour rétablir un peu l’équilibre serait un comble, quand on sait avec quelle violence et sans aucun souci du respect des convictions d’autrui certains n’ont cessé d’avilir la France, la République et son Histoire, l’Armée, l’Autorité sous toutes ses formes et le reste depuis 40 ans ! Au risque de condamner la Liberté elle-même !
Mais chez les Apôtres de la Tolérance, la démocratie et la critique sont toujours à sens unique !






C’est donc un excellent et méticuleux travail de Géraud Burin des Roziers, le réalisateur (lui-même ancien du 27ème BCA) – et courageux, il faut le dire, car comme ceux qu’il filmait il était en première ligne.
Cela marque, je l’espère, un tournant dans la « reconquête des esprits » et il est à espérer qu’il y ait encore beaucoup d’autres reportages de ce genre.






A noter aussi, comme on l'a dit, que si les soldats interviewés ne parlent pas directement de patriotisme, Des Roziers le fait sans ambigüité à la fin du reportage ou il apparait interviewé par Claire Barsacq ; il dit en effet : « J’avais deux passions : m’engager au service de mon pays et faire un métier dynamique… » et il montre sa fierté d’avoir fait partie durant 21 ans des Chasseurs alpins de ce même bataillon.
Aurons-nous bientôt de plus en plus de journalistes et reporters qui enfin affirmeront l’amour de leur pays et ne passeront pas leur temps à cracher dessus ? (tel ceux de Paris-Match que j’ai fustigés sans ménagement dans ma Lettre à ce journal du « déshonneur » -- Voir Déshonneur et Trahison dans Esprit Défense - Posts, Scène 9).
A quand des artistes, intellectuels et « peoples » osant enfin défendre les valeurs de la République qui leur permettent d’être ce qu’ils sont en toute liberté ?

Sait-on jamais ! Peut-être ne faut-il pas désespérer ! Même si on doit passer par la corde sensible de l’émotion (facteur aujourd’hui hautement stratégique des opinions), par le côté « gentils guerriers sauveteurs allant défendre la veuve et l’orphelin ».





Bien sûr, on trouvera toujours ce genre de commentaire sur le net :

« Bonsoir,
Je ne suis pas militaire, je suis juste un téléspectateur de M6 (nouvelle star, 100%mag, dîner presque parfait, etc…) mais je trouve inadmissible que l’on UTILISE des enfants de militaires pour parler du métier de leurs parents et de leur tirer les vers du nez, facile pour le REPORTER si on peut l’appeler comme ça… »

Montrer des enfants de militaires fiers de leur père, élevés dans les respects des valeurs et de leur pays est particulièrement inadmissible aux yeux de ceux qui n’hésitent pas à utiliser et carrément embrigader d’autres enfants – les leurs en premier jusqu’au sein même des écoles – lorsqu’il s’agit de leurs idéologies ou idées politiques, qui bien sûr, elles, sont parfaitement légitimes !

(entre parenthèses, on conseillerait volontiers à cet intervenant de s’informer un plus et de regarder un peu moins Nouvelle Star et Dîner presque parfait…)






Mais il y a aussi de nombreux témoignages positifs indiquant que de plus en plus de gens attendent ce genre de reportage.








Vous trouverez à cette adresse la rediffusion complète du reportage.









Merci à M6, à Géraud Burin des Roziers, à Claire Barsacq et bien sûr à nos Soldats et leurs familles que vous pouvez soutenir à travers Soldats de France et Solidarité Défense. (Voir Aidez nos Soldats et leurs familles, Esprit Défense - Post, Scène 13)

A bientôt à Tous.

















***************

6 commentaires:

  1. Les militaires qui sont intervenus dans le reportage étaient particulièrement drôles.

    JM. Sene se balladant dans la vie courante avec son treillis et sa casquette de l'armée américaine ...

    Quant aux soldats "arabes", j'ose imaginer que le service de communication de l'armée s'est chargé du casting des fois que l'on irait penser que l'armée française mène une guerre à l'Islam.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, en effet, comme je le disais, il fallait faire en sorte que les soldats soient sympas, fatalement ; comment dire aujourd'hui une réalité que beaucoup refusent ? Dire que les soldats sont entrainés pour combattre des ennemis parfois redoutables, sans éthique, et donc les tuer parce qu'il n'y a pas d'autre choix ? Impossible, puisque même en voyant les crimes des Talibans, une partie du public, par naïveté ou aveuglement, n'est pas prête à admettre la nécessité de la violence, même pour protéger des populations civiles massacrées. Certains se comportent comme des "idiots utiles" et deviennent sans s'en rendre compte les complices objectifs de crimes épouvantables et de dictatures, par paresse morale ou confort intellectuel. Ce qui durant la Seconde Guerre mondiale a fait dire à Orwell : « Le pacifisme est objectivement pro-fasciste. C'est du bon sens élémentaire. Si vous entravez l'effort de guerre d'un côté, vous aidez automatiquement l'autre ».
    Quand aux militaires d'origine "arabe", je me doute que l'armée à aider à sélectionner les profils, mais si j'avais été le réalisateur, j'aurais fait la même chose ; après tout, l'armée doit être le reflet de la Nation, c'est tout et c'est vrai qu'aujourd'hui, surtout vis-à-vis des musulmans, on en a besoin, sans sombrer dans le "politiquement correct"...

    RépondreSupprimer
  3. Etant moi-même militaire d'origine maghrébine, ex-femme de militaire d'origine antillaise, belle-soeur de militaire d'origine française, l'Armée n'est ni plus ni moins le reflet de notre société française avec sa diversité, nous sommes militaires formés mais avant tout des êtres humains, nous avons des vies identiques aux vôtres avec la spécificité du métier. Oui, je me suis engagée pour servir mon pays comme la majorité de mes frères d'armes, et j'en suis fière. Mais mon métier ne m'empêche pas d'avoir une vie de famille comme vous tous. Alors arrêter tous de polémiquer sur un sujet d on vous n'avez ni les tenants et les aboutissants, et penser plutôt aux familles qui eux perdent un être cher qu'il soit militaire ou non, n'est pas le problème, elles perdent un père, un mari, un fils, une mère, une femme, une fille. J'ai moi aussi perdu des frères d'armes respects pour eux.
    Merci pour eux, leurs familles personnelles et leurs familles militaires.

    RépondreSupprimer
  4. Madame, je vous remercie de votre commentaire.
    Vous semblez énervée par certains propos qui ont pu être tenus par moi ou par d'autres et dans votre réponse je ne comprends pas si c'est par rapport à l'armée en général ou plus spécifiquement par rapport aux militaires d'origine étrangère.
    Mais je tiens à être clair. Il peut arriver que certains de ces commentaires soient mal exprimés ou mal interprétés. C'est vrai que je me suis moqué un peu du côté "politiquement correct" de la diversité choisie avec beaucoup de soins dans le reportage parce que de nos jours on a tendance à forcer un peu le principe jusqu'à la caricature. C'est tout. En effet, c'est le reflet de notre société et il faut qu'il soit exprimé.
    Sachez tout de même que les gens comme moi qui ne sont pas des soldats et écrivent sur nos blogs le font parce qu'ils ont un infini respect pour ces militaires qui s'engagent, et surtout dans un contexte où ils sont souvent dénigrés au nom de telle ou telle idéologie en général naïve ou antimilitariste.
    Sachez qu'en tant que Républicain convaincu, je suis très heureux que des "gens issus de l'immigration" comme on dit, Français à part entière, s'engagent pour servir ce pays qui est en effet le nôtre à tous, et j'aimerais tellement que tout le monde parle comme vous.
    D'autre part, non, vous n'avez pas un métier comme les autres à partir du moment ou certains d'entre vous risquez votre vie pour la Nation, surtout aujourd'hui ou, encore une fois, défendre son pays avec les armes est souvent connoté de manière négative.
    Que des civils marquent leur solidarité envers les familles de soldats touchées par un deuil ne devrait donc pas vous énerver et au contraire vous satisfaire, puisqu'encore une fois ce n'est pas la tendance générale dans l'opinion publique formatée depuis si longtemps par des conceptions antimilitaristes et antinationales primaires.
    Ce n'était donc pas de la "polémique", comme vous dites, seulement une marque de soutien, de sympathie, de solidarité, de respect à l'égard de ceux qui ont choisi de servir le drapeau. Et ça, je ne pense pas que vous puissiez nous le reprocher, à nous, civils.
    Désolé si je me suis mal exprimé dans mon article.
    Avec mes plus sincères pensées.

    RépondreSupprimer
  5. Ménesglad, le message était surtout destiné à l'auteur du 1er message "Anonyme" "Les militaires qui sont intervenus dans le reportage étaient particulièrement drôles." "Quant aux soldats "arabes", j'ose imaginer que le service de communication de l'armée s'est chargé du casting des fois que l'on irait penser que l'armée française mène une guerre à l'Islam." Non ce n'est pas un casting c'est juste la réalité de notre Armée.

    RépondreSupprimer
  6. Ok, pas de problème, ça m'aurait ennuyé d'être mal compris, surtout que je suis plutôt républicain dans l'âme ! Merci en tout cas d'avoir pris le temps de répondre, vous êtes la bienvenue...

    RépondreSupprimer