21/06/2009

Antonio ou le dernier Soldat d’un monde effondré

L’Arène et le Théâtre
Scène 19






Mes amis bonjour.
Voilà 6 mois que j’ai ouvert ce blog et que, conjointement à la présentation de mes activités artistiques, j’y ai défendu les fondements de notre République, l’honneur de nos Soldats, la nécessité de redévelopper le lien Armée-Nation et toutes les valeurs permettant aux citoyens de se rassembler, quelques soient leurs origines et leurs croyances, dans un même sentiment d’appartenance.

Cela s’appelle la Nation au sens large du terme : c’est un esprit patriotique positif et dynamique, combatif et ouvert, critique aussi bien sûr, mais en se préservant du reniement dramatique de soi, de son histoire, de sa culture, une maladie cultivée depuis longtemps par certains pour des raisons idéologiques diverses et parfois contradictoires qui ne peuvent mécaniquement conduire qu’à un nihilisme ravageur et suicidaire qui dure depuis plus d’un demi-siècle.




Nous vivons au sein d’une société d’enfants gâtés aveugles de la chance qui est la leur, celle de vivre confortablement dans un pays riche et démocratique (même s’il n’est pas parfait et produit aussi de nombreuses injustices), depuis si longtemps protégés des violences de la guerre et de nombreuses autres formes de tyrannies sociales, religieuses, claniques, féodales, criminelles… sévissant partout sur la planète. Il suffit d’ouvrir son poste de télé ou d’aller sur internet pour que d’un simple clic de souris on sache ce qui se passe de dramatique dans tel ou tel pays.

Mais les enfants gâtés ne veulent pas le savoir, sauf quand ça arrange la vanité de leur bonne conscience, constamment soumis et confortés sans même s’en rendre compte par la société marchande à l’insatiable appel de leur Désir, de leur confort, de leurs « droits cumulatifs inaliénables », d’un individualisme sans bornes, du culte de soi sans contreparties ni devoirs.



Ce « confort de l’être », matériellement et psychologiquement, n’a pu exister qu’au prix de siècles d’efforts et de sacrifices parfois sanglants qui ont malgré tout réussi à construire une société prospère, solide et stable.
Saper en permanence les valeurs collectives et les soubassements de la Nation par pur égoïsme, ne peut conduire in fine et dans une logique contradictoire, qu’à la perte de cette possibilité d’épanouissement personnel au cas où des tentations totalitaires auraient l’occasion de prendre le dessus.

La possibilité de la Liberté individuelle et le « vivre-ensemble » sont donc conditionnés par des règles légitimes, intangibles et contraignantes, celles de l’Etat, de la Loi et des Devoirs collectifs ; personne ne saurait donc prétendre s’en affranchir en vertu de son petit nombrilisme au risque de le payer cher un jour et de le faire payer de facto à ses propres enfants.




Mais pour avoir conscience de cela, encore faut-il être un tantinet « réaliste », capable de s’extraire du formidable « Formatage soft totalitaire », du Politiquement Correct et de la Bien-pensance, dans un monde qui, comme le dit René Girard, cherche en permanence à « dissoudre le Réel », à refuser de regarder tels qu’ils sont les Mécanismes fondamentaux des rivalités humaines.

Il faut réarmer les esprits pour les rendre à nouveau lucides quant aux enjeux cruels de l’avenir, sortir des naïvetés dangereuses ressassées à foison depuis des décennies, redevenir des « guerriers » dans tous les sens du terme, réapprendre à fierté de soi, regarder froidement l’Histoire avec objectivité et non à travers les prismes déformants de tous les idéologues en mal de vedettariat, de revanche de ceci ou cela, de promotion d’un « nouvel homme » ou d’un nouveau système irréalisable, cesser d’être des idiots utiles formatés par l’esprit pernicieux d’une quasi Servitude volontaire et masochiste.




Il faut retrouver le Rêve d’un grand idéal républicain, de puissance intelligente et sûre d’elle-même, de nouveau efficace et utile au monde pour les Nations européennes plongées depuis trop longtemps dans la Repentance à sens unique de leurs crimes, ce qui disculpe les « Autres » de tout examen de conscience et favorise, au nom de l’éternelle soi-disant « défense des opprimés », la montée de tous les fascismes, pourvu qu’ils soient d’origine « extra-occidentale ».

Mais pour cela, il faut aujourd’hui avoir d’un peu de courage intellectuel au risque, sinon, de devoir un jour faire preuve de courage physique, de supporter le retour de violences que l’on croyait reléguées dans les limbes du passé…

Alors il faut définitivement se moquer de tous ceux qui nous traiterons de ça ou d’autres choses parce que nous auront l’audace de les mettre en face de leurs contradictions, devant le miroir de leurs chimères, de leurs lâchetés, de leurs manipulations incessantes, de leurs complicités inacceptables et de leur insondable hypocrisie.




A travers le personnage d’Antonio, le héros de Décomposition, c’est ce que j’ai essayé de faire.

Antonio se désespère de voir les gens laisser sombrer les valeurs dont ils sont les chanceux héritiers, ces valeurs inestimables qui ont, malgré des dérives sanglantes, tant apporté à l’Humanité grâce au Sacrifice des Anciens et il en appelle à un sursaut salvateur.

Bien sûr, aux yeux de tous les Bien-pensants, Antonio ne peut être qu’un « fasciste » ou un « réactionnaire ». Pensez, il aime son pays, il est patriote, il aime la France et son Histoire, les grandes Batailles qui l’ont forgée, ses vrais Héros et l’héroïsme, le goût de l’abnégation pour la préservation de la Liberté !
Il ne renie rien de ce qui a été, mais surtout il ne se renie pas lui-même.

C’est un homme solitaire parce que « ce monde n’est pas le sien ». Il vit son destin comme celui d’un Soldat de la République, conscient que rien n’est un dû, un acquis éternel, qu’il faut toujours rester une Sentinelle armée et attentive juchée sur les remparts de la Forteresse qui protège cette Liberté, un guerrier prêt au combat qui sait qu’un jour ou l’autre les « Tartares » finissent inévitablement par venir -- parce que c’est la Loi de l’Existence -- et qu’en fin de compte :


« C’est toujours un peloton de soldats qui sauve la Civilisation »






***************


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire