17/01/2010

Violence à l’école


L’Arène et le Théâtre
Scène 32






Mes amis bonjour.
Ces derniers temps, l’actualité a été marquée par une série de violences qui se sont produites au sein de divers établissements scolaires français.

Vous savez l’importance que j’attache à l’enseignement qui est un des piliers fondamentaux de l’édification d’une société quelle qu’elle soit.

Aussi je me fais une fois de plus le relais de SOS Education qui fait un travail formidable pour tenter d’unir ceux qui pensent que le laxisme entretenu au sein de l’école et la minimisation des faits violents tant au niveau politique que dans les médias est proprement inadmissible et surtout extrêmement dangereuse pour l’avenir de notre pays.

Plus la prise de conscience sera importante, plus il y aura d’enseignants et de parents qui se mobiliseront pour dire NON à cette course à l’abîme, plus ce mouvement deviendra puissant, et plus le rapport de force mis en place poussera nos hommes et femmes politiques de tous bords à regarder la Réalité telle qu’elle est, les obligeant au courage nécessaire afin de faire ce qu’il faut pour que ça change au nom de l’avenir de tous nos enfants.




SOS Education


Madame, Monsieur,

Une nouvelle journée passe... un nouveau membre de la communauté éducative est affreusement assassiné par un élève... et TROIS professeurs blessés, dont un grièvement !!

Après le meurtre d’un lycéen vendredi dernier, l’agression d’un autre lycéen dans le Val-de-Marne ce lundi, ce nouveau drame s'est produit ce matin à 9h30 (mercredi 13 janvier 2010), à la faculté de Perpignan :
L'élève « a agressé les quatre victimes dans le département de sociologie de l'université avec un couteau de boucher de 20 à 30 cm », selon le procureur. Il y a un mort et le professeur grièvement blessé a été atteint "à la face, aux bras et aux jambes" alors qu'il tentait de se protéger, a-t-il ajouté.

Et demain ? Est-ce que ce sera vous ? Un de vos enfants ? Un collègue ou un ami qui périra sous des coups de couteau de boucher d'un élève ?

OUI, ABSOLUMENT, si vous et moi ne faisons rien aujourd'hui.

Car NOTRE responsabilité d'adultes est de tout mettre en œuvre pour contenir la violence chez les enfants, afin d'empêcher qu'elle ne prenne des formes tragiques et meurtrière quand ils grandissent.

Or, force est de reconnaître que les limites ne sont plus toujours imposées comme elles le devraient dès le plus jeune âge, dans les familles comme dans les écoles.

C'est pourquoi, je vous demande de cliquer ici pour donner votre avis sur HUIT MESURES SIMPLES contre la violence à l'école.
SOS Education a publié dans Le Monde et Le Figaro deux lettres ouvertes au ministre de l'Education pour lui demander de mettre en œuvre ces mesures. Cette lettre ouverte a été co-signée par plusieurs personnalités du monde éducatif ainsi que 26 parlementaires. De plus, les 80 000 membres de notre association ont envoyé à tous les députés des cartes postales leur demandant d'adopter ces mesures.

A votre tour, je vous demande de participer.

C'est très important car nous avons rendez-vous le 21 janvier 2010 au ministère de l'Education avec le « Monsieur violence à l'école » du cabinet de Luc Chatel, Jean-Marc Parisot.

Nous avons besoin de lui démontrer qu'une forte attente existe sur le terrain de la part de personnes impliquées comme vous.

Ce courriel a été envoyé à 92 000 personnes, dont 50 000 enseignants. Si chacun de nous participe, et fait circuler ce message, nous pouvons provoquer une mobilisation IMMENSE.
Nous n'avons PAS LE DROIT de laisser se poursuivre un tel carnage en restant les bras croisés.
UNE FOIS ENCORE, les médias et les autorités nous présentent ce meurtre horrible d'une innocente (sans compter 3 autres blessés), comme un fait inattendu, imprévisible, une fatalité. Car soi-disant, le tueur aurait des antécédents psychiatriques, ce qui « expliquerait » tout.

Mais vous et moi savons qu'il n'en est RIEN. Ces coups de couteau, ces assassinats dans nos établissements scolaires et universitaires ne sont que la partie émergée de l'iceberg. La vérité, que nous devons avoir le courage de proclamer haut et fort, de toutes les manières possibles, c'est que dans nos écoles, dès les petites classes, à un très grand nombre d'endroits en France, les comportements de nombreux élèves ne sont plus normaux ni rassurants.

Certains « jeux » entre les élèves, une façon de se comporter, et de se parler en recourant à des insultes « pour rire » qui sont souvent d'une violence atroce, ont évidemment un effet désinhibant, qui peut favoriser le passage à l'acte.

Il est capital de restaurer des règles, des limites, le prestige et l'autorité des professeurs, qui doivent être systématiquement soutenus par la hiérarchie quand ils essayent d'imposer la discipline.

Car, il faut tout de même le rappeler, les professeurs qui imposent la discipline ne le font pas dans un but égoïste, pour un goût suspect du pouvoir, mais pour le bien des enfants eux-mêmes. Les élèves ont besoin de l'autorité pour se construire, pour être protégé des camarades violents, et pour pouvoir apprendre dans une atmosphère sereine et studieuse.
C'est une utopie criminelle que de présenter le monde de l'enfance comme un monde d'harmonie et de paix spontanés, que les adultes viendraient corrompre. En réalité, les enfants, laissés à eux-mêmes et à leurs instincts, instaurent immédiatement la tyrannie du plus fort, la loi de la jungle.

C'est encore plus vrai quand les parents sont démissionnaires, et surtout quand ils s s'opposent à l'autorité des enseignants, ce qui est malheureusement de plus en plus courant.

Jamais plus qu'aujourd'hui, il n'a donc été URGENT et CRUCIAL de restaurer l'autorité des professeurs, dans l'intérêt bien compris des enfants eux-mêmes !!
Mais notre voix ne sera pas entendue par le ministère de l'Education si vous ne participez pas aujourd'hui en donnant votre avis sur les propositions de réforme que nous essayons de pousser auprès des pouvoirs publics.
Vous seul, en tant que professeur ou parent, pouvez donner à ces propositions la légitimité qui permettra de les faire passer.
J'attends donc avec impatience d'avoir votre avis, et vous remercie de faire tout ce qui est en votre pouvoir pour persuader d'autres collègues et personnes de votre entourage de participer également.
Au nom de tous les élèves et de tous les collègues que votre action permettra de sauver, je vous remercie.

Vincent Laarman
Délégué général
















***************

6 commentaires:

  1. Bonjour à vous Ménestrel,

    Et oui, la situation ne fait que se dégrader malgré les propos lénifiants des bien-pensants qui vivent dans un monde purement onirique...
    A mes yeux, le fond du problème est le collège unique et l'idéologie remplie de démagogie qui consiste à prétendre que tout le monde est pareil et peut faire le même type d'études ; tant que ce système profondément aberrant ne sera pas supprimé, rien ne sera possible...
    Mais est-ce réellement la priorité de nos politiques et élites? En ont-ils seulement cure?

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Daredevil, content de vous revoir.
    Je crois que le fond du problème, ormis ceux que vous citez, c'est surtout l'autorité et les règles. Mais ça, les Bobos soixante-huitards bien protégés ne sont pas prêt à déroger de leur petite idéologie suicidaire... pour les autres et surtout les enfants de l'immigration élevés dans dans le rejet permanent de la France, de sa culture et ses valeurs républicaines... normal, puisque c'est leur propre rejet...
    Comme le préconise SOS Education, il faudra contourner l'Education nationale irréformable pour cause de noyautage gauchiste à tous les étages.... commme ailleurs d'ailleurs !
    A bientôt

    RépondreSupprimer
  3. Bonsoir ménestrel,

    Je ne peux qu'adhérer à votre jugement d'ensemble mais j'irais plus loin: je crains que nous en soyons arrivés à un point où les "mesurettes" ne pourront suffire... l'EN fait, en effet, partie d'un tout! Ce n'est pas un corps vivant en dehors del a république mais une de ses parties - l'une des plus importantes de mon point de vue... Comme l'état lui-même est malade à en crever, il va nous falloir un remède de cheval! Et c'est bien ce qui me titille l'esprit, je dois l'avouer, car cela pourrait tuer le malade...
    A bientôt, au plaisir de vous lire à nouveau

    RépondreSupprimer
  4. Oui, évidemment, l'EN n'est quasiment qu'une métaphore et partie de l'ensemble. Comme nous sommes dans un déni permanent de la Réalité, dans l'Idéologie, la lâcheté, la Bien Pensance, le Politiquement correct, la manip et j'en passe, il faudra donc attendre une catastrophe majeure pour réagir, si tant est que ce soit ensuite possible....

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Ménesglad,
    Quel site! fier d'être ton ami!
    dans mon dernier article, Des Bouffons Dispendieux, j'avance 5 mesures gratuites et concrètes pour nous sortir de la mouise!
    Evidemment, il faut des couilles§...
    Amitié

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Daniel, merci pour tes compliments et très heureux d'être aussi ton ami. Je m'en vais de ce pas lire ton article...

    RépondreSupprimer